J’ai trouvé un oiseau !

Tout commence par ces mots: “J’ai trouvé un oiseau par terre, qu’est-ce que je fais ?”
Lors de périodes de reproduction des oiseaux, les mois de printemps et d’été particulièrement, il n’est pas rare de trouver un jeune oiseau ayant raté son premier envol, ou un oisillon tombé du nid.
La période de canicule 2019 particulièrement difficile a été l’objet d’un véritable massacre dans le monde aviaire. Mourant de chaud, de nombreux oisillons ont cherché un peu d’air en se rapprochant des bords du nid… et sont tombés !

Voici donc quelques gestes simples pour vous aider si vous trouvez un oiseau en détresse !

Déterminez l’âge de l’oiseau
Si votre oiseau n’a pas de plumes et les yeux fermés, son âge peut être estimé à une semaine ou moins. S’il a des plumes et les yeux ouverts mais encore du duvet, qu’il lui manque la queue et que le plumage est visiblement incomplet: il a moins de 15 jours.
Pourquoi déterminer l’âge de votre petit protégé ? Tout simplement parce qu’à cet âge, il a besoin de ses parents ! Le nid n’est donc pas loin !

La première chose à faire, c’est de lever les yeux et de regarder si vous n’apercevez pas un nid à proximité immédiate du lieu où vous l’avez trouvé. Il vous suffit de remettre l’animal dedans ! N’ayez aucune crainte: contrairement aux idées reçues, les parents ne vont pas rejeter le petit parce qu’il porte l’odeur humaine ! Les oiseaux n’ont pas de flair !

Si votre oiseau a son plumage complet et qu’il tente de voler, il a une vingtaine de jours et a probablement fait sa première tentative de vol. Vérifiez s’il n’est pas blessé et qu’il est réactif, puis posez-le dans un lieu en hauteur. Cela suffira !
Notons un cas particulier: si vous trouvez à terre un oiseau noir avec les ailes plus longues que le corps et qui repiquent vers le ciel: c’est un martinet ! Une fois au sol, il ne peut plus décoller: prenez-le délicatement et lancez-le en l’air !

Guide de survie de l’oiseau en détresse
Vous avez récupéré un oisillon et vous n’avez pas trouvé le nid (ou le nid est hors-de-portée) ? Appelez en premier lieu la LPO ! Si vous pouvez immédiatement emmener l’oiseau au centre de soins, c’est parfait. Mais parfois, vous ne pouvez pas vous déplacer tout de suite. Peut-être vous faut-il attendre une navette qui amènera l’animal au centre pour vous, ou peut-être devez-vous attendre d’avoir le temps de faire le trajet ? La situation se complique !
Il va vous falloir prendre soin de votre pensionnaire avant de l’apporter à la LPO (appelez-les quand même au préalable pour les prévenir et demander des conseils).

Tout d’abord, placez l’animal dans un bol (ou dans un carton s’il est plus grand) dans un endroit sécuritaire (attention aux chiens et aux chats !), à l’ombre, au chaud et au calme. En fonction de son âge, il faudra le nourrir plus ou moins souvent, prenez en compte vos disponibilités pour vous occuper d’un oiseau et lui donner la becquée parfois plusieurs fois dans l’heure ! Certains oiseaux ne sont pas très coopératifs et le nourrissage peut prendre du temps.

Mais le nourrir avec quoi ?
Surtout pas de pain et de lait ! Les oiseaux ne sont pas capables de digérer le lactose et le pain gonfle dans leur estomac !

  • Mésanges, corvidés, moineaux…
    Il faut les nourrir avec des vers de farine ou à défaut de la viande hachée maigre , comme le cœur par exemple. A défaut, de la pâtée pour chat ou des croquettes pour chiens ou chats (ramollies dans l’eau), voire du jaune d’œuf cuit. Veillez à humidifier les aliments que vous lui donnez.
  • Hirondelles et martinets:
    Les petits veinards ! Ils sont insectivores ! Vérifiez tout d’abord, s’il s’agit d’un martinet, que ses ailes ne sont pas plus longues que son corps: il n’est donc pas adulte. Ne le lancez pas en l’air ! Il va vous falloir faire la chasse aux grillons pour les donner à  l’oiseau ! Dans le pire des cas, des vers de farine peuvent dépanner en cas d’urgence. Là aussi, humidifiez la nourriture.
  • Pigeons:
    Pour les nourrir, vous pouvez utiliser du Nutribird, sinon des céréales en poudre pour bébé (Blédine, par exemple) mélangé à de l’eau tiède. Observez le jabot se remplir, il doit former une boule molle sous les doigts (jamais dure !).
  • Les rapaces:
    Surtout, portez des gants ! Nourrissez-les avec de la viande maigre.

Lorsque l’oiseau commencera à tenter de voler et de s’agiter, vous pourrez cesser les nourrissages à la main et lui proposer une écuelle de nourriture et une écuelle d’eau (peu profonde).
Une fois que le vol sera acquis, vous pourrez le relâcher ! Il est évidemment exclu de le garder comme animal de compagnie: d’une part c’est interdit mais il s’agit surtout d’un animal sauvage !

Mon oiseau refuse de se nourrir ! 
Tous les oiseaux ne sont pas coopératifs, loin de là ! Certains ouvrent le bec lorsque la nourriture arrive par au-dessus, mais d’autres le tiennent strictement fermé ! D’autres encore ne réclament pas, il faut donc être vigilant à leurs besoins !
Essayez tout d’abord de caresser le bec et sa commissure pour obtenir une réaction. Sinon, il faut glisser un ongle dans le bec pour l’ouvrir. Attention de ne pas blesser l’animal, surtout chez les pigeons qui ont le bec plutôt mous.
Une fois qu’il aura compris vos intentions, votre pensionnaire devrait se montrer bien plus coopératif !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*